Mets ton casques!

  • Publié le
  • Par Marie Lyne Dubé
  • 0
Mets ton casques!

Le cyclisme a beaucoup progressé ces dernières années. Les vélos sont plus rapides, électriques ou non, plus de gens sur les pistes, plus de voitures sur les rues partagées; bref, le cycliste d’aujourd’hui est plus à risque que dans les années 60! Beaucoup de débat autour du casque; tout d'abord, êtes-vous obligé d'en porter un?

Y a-t-il un règlement qui exige le port du casque au Québec?

Oui en ce qui concerne les vélos électriques, c’est le même que pour les petits scooters. Une amende de 60$ à 100$ pourrait vous être refilée; un montant qui frôle le coût du casque.

Il n’est cependant pas obligatoire pour le vélo traditionnel, c'est un choix personnel.

 

Est-ce que ça protège vraiment?

Les puristes contre le port du casque vous diront qu’un casque n’aurait rien changé pour bien des accidents causant la mort d’un cycliste. C’est vrai que certains accidents ne pardonnent pas, casque ou non.

« Parmi les cyclistes impliqués dans un événement fatal, 13 % portaient un casque protecteur » 

(Sources: Statistiques Canada )

 

Cependant 13%, ça implique un 87% sans casque. Donc non, ça ne protège pas de tout, mais clairement plus d'accidents fatals chez ceux ne portant pas de casque. Simple logique d’ailleurs, il n’est pas difficile d’imaginer que de se cogner la tête sur un sol dur à bonne vitesse peut facilement être fatal sans casque.

Vous n’avez pas l’intention de tomber? Il ne fait aucun doute que tous les cyclistes qui sont allés embrasser le sol aussi soudainement que durement, l'ont tous fait contre leur gré!

 

Ça ne me semble pas confortable.

Une autre des raisons souvent évoquées pour ne pas en porter est le confort. Sachez que cette industrie a aussi fait des pas de géant, pas seulement au niveau de la protection mais du confort également!

Plus légers, bien aérés, avec ou sans visière et certains avec la protection MIPS (Multi-directional Impact Protection System) qui protège contre les impacts dans plusieurs directions.

 

La raison principale de l’inconfort est généralement l’ajustement. Mais les nouveaux casques s’ajustent facilement et parfaitement. D'ailleurs un casque mal ajusté est non seulement désagréable à porter, mais il sera également moins protecteur en cas d'impact. Une fois bien ajusté, vous devriez pratiquement oublié que vous le porter. 

 

C’est bon pour combien de temps?

Tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas de chute impliquant un choc. Il y a bien sûr une dégradation des matériaux avec le temps, mais c’est très lent. Par contre après un impact, pour plus de sécurité il vaut mieux le changer, même s’il n’y a pas de craquellements visibles à l’œil nu.

Les casques ont pour but d’absorber et de disperser l’impact au maximum. Le casque est généralement composé d’une mousse rigide à l’intérieur et d’une coque solide qui cassera à l’impact pour une première absorption et la mousse fera le reste. Les petits coussins de tête tout le tour, qui aident pour l’ajustement, contribuent également à la dispersion du choc.

Même s’il n’a pas fendu au premier impact, s’il est passablement égratigné, il y a de fortes chances qu’il ait été fragilisé et n’offrira plus la même protection en cas de chute.  Donc, littéralement, servez-vous de votre tête pour déterminer si vous devriez le changer ou non.

 

La vraie question c’est…

Pourquoi prendre le risque de se casser le coco au sens propre? On en met pour la moto pour les mêmes raisons, une chute même à basse vitesse sur l’asphalte ou le ciment ne pardonne généralement pas. Ce n’est pas différent pour un cycliste, même chevronné; vous pouvez être certain que l’asphalte ou le ciment seront aussi durs pour le cycliste que pour le motocycliste.

 

Lequel choisir?

Il y en a de tous les prix et de plus en plus, vous trouverez des casques offrant une bonne protection MIPS même à moins de 100$ (le coût de l’amende!). Le prix est influencé par le poids principalement, les matériaux puisque certains sont en carbone et toutes les technologies qui s'ajoute comme les casques branchés Bluetooth ou avec lumière DEL.

Prenez le temps de l’essayer et de voir si vous êtes vraiment confortables une fois bien ajusté. Ensuite, c’est une question de goût, de styles, de couleurs, avec ou sans visière et la marque, que ce soit Bell, Giro ou autre.

La bonne nouvelle : il y en a tout un choix!

 

Bon vélo et soyez prudents!

 

 

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée